Mesures d'application, le gouvernement SAMA passe à la vitesse supérieure

Al Kitenge : « Le gouvernement n’a pas décidé de la diminution des prix. Il a plutôt essayé de comprendre ce qui se passe effectivement dans la construction d’un prix de vente ».

DETAIL

Dans les jours qui viennent, les prix des produits surgelés et ceux des billets d’avions vont sensiblement diminuer. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement Sama Lukonde lors du neuvième Conseil des Ministres. Ces décisions prises par l’exécutif national ont été accueillies avec joie par la Ligue des Consommateurs du Congo et suscitent des débats. En tant que média, Geopolis Forum a décidé d’aller au fond de cette question pour offrir un débat rationnel et un débat de fond s...

Veuillez vous abonner pour lire l'article dans son integralité.

...ur ces mesures. Invité dans le cadre de l’émission « Droit à la Parole » pour parler de ce sujet, le stratégiste et analyste Al Kitenge s’est donné à cœur ouvert et a révélé sa position par rapport à ces mesures relativement révolutionnaires du gouvernement congolais qui tient aussi mordicus à inverser la tendance générale sur les importations. Ci-dessous, lisez l’intégralité de cette interview exclusive; William Albert Kalengay (WAK) Monsieur Al Kitenge, merci d’avoir répondu à notre invitation. Pour vous présenter, vous êtes l’auteur d’un ouvrage qui circule comme des petits pains. L’ouvrage, c’est « La sine qua non pour déraciner la corruption ». C’est donc le titre de votre ouvrage. Nous y reviendrons un tout petit peu vers la fin. Mais nous vous avons appelé parce que vous êtes stratégiste. Vous avez un regard scruté sur les questi...

...ité de cette interview exclusive; William Albert Kalengay (WAK) Monsieur Al Kitenge, merci d’avoir répondu à notre invitation. Pour vous présenter, vous êtes l’auteur d’un ouvrage qui circule comme des petits pains. L’ouvrage, c’est « La sine qua non pour déraciner la corruption ». C’est donc le titre de votre ouvrage. Nous y reviendrons un tout petit peu vers la fin. Mais nous vous avons appelé parce que vous êtes stratégiste. Vous avez un regard scruté sur les questions économiques du pays. Et puis surtout parce que nous attendons de vous un débat objectif. Je vais aussi dire aux téléspectateurs que nous allons essayer d’y aller progressivement pour que vous aussi vous puissiez se faire une idée. De quoi s’agit-il ? Il s’agit bel et bien de la décision du gouvernement et des deux réactions officielles. La première, c’est celle de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) qui s’est inscrite en faux par rapport à cette décision du gouvernement. Et la FEC a dit que cette décision n’a pas pris en compte la situation d’exploitation et viole même le contexte de l’environnement des affaires en RDC. Mais avant qu’on arrive à la FEC, revenons d’abord vers vous. Personnellement, comment avez-vous accueilli cette décision...

us vous avons appelé parce que vous êtes stratégiste. Vous avez un regard scruté sur les questions économiques du pays. Et puis surtout parce que nous attendons de vous un débat objectif. Je vais aussi dire aux téléspectateurs que nous allons essayer d’y aller progressivement pour que vous aussi vous puissiez se faire une idée. De quoi s’agit-il ? Il s’agit bel et bien de la décision du gouvernement et des deux réactions officielles. La première, c’est celle de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) qui s’est inscrite en faux par rapport à cette décision du gouvernement. Et la FEC a dit que cette décision n’a pas pris en compte la situation d’exploitation et viole même le contexte de l’environnement des affaires en RDC. Mais avant qu’on arrive à la FEC, revenons d’abord vers vous. Personnellement, comment avez-vous accueilli cette décision du gouvernement ? Al Kitenge (AK) Merci Willy pour l’invitation. Je crois que nous sommes en train d’arriver à la fin du bal des chauves. Vous savez que nous vivons dans un pays où l’information est en grande partie cachée. Et aujourd’hui, de suite d’une crise politique devenue une crise commerciale, on est obligé de rentrer dans la donnée et l’information économique. Et là, on va bien découvrir plus que ce que nous avons vu jusqu’à présent. Par exemple, on va s’apercevoir qu’on est plus victime d’un commerce triangulaire institutionnalisé : vous achetez un produit à un point A et vous êtes facturé à un point B. Ces pratiques ont été révélées même dans un rapport du Ministère des Finances publié en 2013. Et bien entendu, toutes ces pratiques procèdent du fait qu’il y a un conflit permanent d’intérêt de nos opérateurs politiques qui font de l’économie. Et en ce moment-là, ils ne vont savoir là où il faut être. Est-ce du côté de la rigueur de l’État ou de la sauvegarde des intérêts ? Nous sommes dans une situation où un certain nombre d’erreurs tactiques et stratégiques ont été commises parce que nous sommes dans une situation malheureuse et d’une espèce de monopole de fait. Dans notre pays, on a entre 3 et 5 opérateurs. Importateurs des grands renoms. Bien que tous teintés de même couleur politique, certains ne sont pas congolais qui commencent malheureusement à s’amuser avec le commerce comme un instrument politique. Ça, c’est une erreur. Et je crois simplement que ça nous amène à une rigueur importante d’un peuple, celle de différencier l’affaire de l’État et les affaires privées. WAK Avec cette analyse, on peut vous reprocher d’avoir une vision politique de la question économique. AK On appelle cette approche « la politique économique ». C’est-à-dire que lorsque vous faites de la politique économique, vous vous rendez compte à un moment donné que vous êtes en mesure de juger sur des faits qui ne sont pas purement économiques, commerciaux et même politiques. Je pense qu’il est ici très important de comprendre ce qui s’est passé. Dans un passé récent, on a vu dans la presse alternative toutes les mamans qui criaient sur ce qui s’est réellement passé y compris des biens de base. Et qui ont été multiplié par double ou par trois. Ça, c’est de la communication politique qui a malheureusement éveillé l’intérêt du politique pour arriver de comprendre cette réalité d’où elle vient. Et quand on s’aperçoit que dans la guerre commerciale, la bataille économique commence à apparaître comme une véritable arme, je crois que c’est là bas qu’il se pose le vrai problème. Et c’est pourquoi aujourd’hui, il y a des gens qui commencent à s’agiter. Ce qui doit être vu n’est pas encore ressorti. WAK