L'ASSASSINAT DU PRESIDENT HAITIEN

À la suite de l’assassinat du chef de l’État d’Haïti Jovenel Moïse, dans la nuit du mardi 6 au mercredi 7 juillet 2021, par un « groupe d’individus non-identifiés », plusieurs gouvernements se sont exprimés et ont apporté leur soutien à la population haïtienne. D’autres pays, comme la République dominicaine, ont rapidement mis en place des mesures pour fermer leurs frontières. « Une attaque terrible et tragique », selon la Maison Blanche La Maison Blanche a qualifié mercredi de « terrible » et de « tragique » l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, Washington se déclarant prêt à apporter de l’aide au pays en crise. Il s’agit « d’une attaque terrible, une attaque tragique, ayant ciblé le président d’Haïti et sa femme au cours de la nuit », a déclaré Jen Psaki, la porte-parole de l’exécutif. « Nous sommes prêts à assister sous n’importe quelle forme la population d’Haïti, le gouvernement d’Haïti, s’il y a une enquête », a-t-elle ajouté. « Un acte odieux », selon Boris Johnson De son coté, le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé mercredi « l’acte odieux » que représente l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, appelant au calme.